Lancement des activités du CETIC

IMG_7870

Le lancement des activités du CETIC (Centre d’Excellence en Technologies de l’Information et de la Communication) pour l’année 2016 s’est tenu le 27 janvier 2016 à l’amphi 700 de l’université de Yaoundé 1 de 16h50 min à 18h. Les temps forts ont été tout d’abord l’exécution de l’hymne national du Cameroun dont le berceau de l’humanité, le mot du coordonnateur du projet CETIC-BM, la présentation des étudiants sélectionnés pour la rentrée scolaire, l’allocution du recteur de l’université de Yaoundé 1 qui s’est d’ailleurs permit de lancer une blague comme quoi les étudiants ne seraient pas encore alcooliques et donc sont très intelligents avec des neurones encore neufs. Durant l’évènement, l’occasion a été offerte au CETIC pour présenter quelque de ses projets cruciaux de recherche à l’instar de la modélisation mathématique des parasitoses, paludisme, sida, … etc. Au terme de cet évènement, le directeur du CETIC, le professeur AWONO ONANA, par ailleurs directeur de l’ENSP a bien voulu répondre aux questions de notre reporter TADZOSTA de la 4GI dont le résumé est présenté ci-dessous.

Pourquoi la création d’un centre comme le CETIC ?

Voyez-vous, l’enseignement supérieur aujourd’hui n’est plus un problème d’un État, c’est un problème qui est devenu transnational, par exemple, vous avez la CEMAC qui unis un certain nombre de pays autour de la monnaie, vous allez maintenant avoir des groupement de pays qui vont se constituer autour de l’enseignement supérieur, c’est donc pour cela que la logique actuelle dans tout le pays  et dans tout le monde entier est de créer des centres d’excellence à vocation régionale, dans notre cas présent, c’est le CETIC : Centre d’excellence Africain en technologie de l’information et de la communication.

Quels sont les avantages pour un ingénieur à intégrer le CETIC après sa formation d’ingénieur ?

Le premier avantage est simple, aujourd’hui, dans le monde entier, il manque des ingénieurs pointus pour faire la recherche de haut niveau, par ce que les ingénieurs trouvent facilement de l’emploie, ils ont tendance à abandonner les études après ce diplôme d’ingénieur, or il faut qu’à même que la race se pérennise. Donc il y a des ingénieurs qui s’impliquent dans le CETIC pour faire des études doctorales pour devenir par la suite enseignant, développer des recherches et des applications qui peuvent changer la donne dans le pays.

Ensuite c’était le tour MBIDA Marc de recueillir les impressions de MVOGO Bonaventure, un étudiant du CETIC nouvellement sélectionné qui jusque-là, était étudiant en physique nucléaire à l’université de Yaoundé 1.

Quels sont vos attentes vis-à-vis du CETIC ?

À mon avis, c’est un très bon projet par ce que nous attendions un tel projet depuis fort longtemps. Vous savez la recherche n’est pas facile, il faut des moyens, des financements. J’ai un sujet de doctorat depuis et j’ai toujours pensé à trouver des partenariats puisque le laboratoire est cher et nous ne disposons pas d’un bon nombre d’équipements ici. Déjà à travers le CETIC, la banque mondiale se propose de nous apporter un appui financier, de nous accompagner dans la recherche, donc c’est une très bonne nouvelle pour nous.

Avez-vous une idée sur la durée de la formation ?

D’après ce que j’ai entendu dire par mes amis, la formation dure trois ans. J’avoue tout de même que cette information n’est pas officielle, et reste des rumeurs. Mais si cette information est confirmée, c’est encore une bonne chose avec bien sur des moyens qui nous sont alloués.

                                                                                                                              SAMO Ronny,  4GI.

Post Author: Team Hello World