ENTRETIEN AVEC Pr. BOUETOU BOUETOU THOMAS

Chef de département du génie informatique à l’Ecole Nationale Supérieure Polytechnique de Yaoundé.
Bonjour Monsieur le Chef de Département, merci de nous accorder quelques minutes pour vous poser nos questions. La première est la suivante : pouvez vous nous donner votre parcours scolaire 

J’ai un cursus assez atypique. En effet, j’ai commencé mes études à Mbalmayo j’y suis resté pendant 4 ans ensuite j’ai continué au collège mvogt où j’ai eu mon bac en 1984. Puis, je me suis inscrit à l’époque à la faculté de sciences au département de mathématiques et génie informatique et j’y ai passé un an. En 1985, je suis reçu au concours d’entrée à l’Ecole Nationale Supérieure Polytechnique de Yaoundé I et parallèlement j’ai obtenu une bourse pour aller en Union Soviétique. C’est comme ça que j’interromps ma formation à polytechnique qui n’avait duré que deux semaines pour aller à Moscou où je suis affecté plus tard à Kiev qu’on appelait Kagueou c’est-à-dire la faculté de langue, une faculté de l’université de Kiev. Là encore j’y ai fait un an, avant d’aller à Moscou en 1986. Ainsi, de 1986 à 1990 je suis étudiant à cette université à la faculté de mécaniques et mathématiques. En fin d’année 1992, je commence ma thèse. A ce moment-là, l’Union Soviétique s’est écroulé et il y avait beaucoup d’agitation. C’est dans ces circonstances que mon encadreur obtient un poste à max plan Institute for  Mathematics à Born  et je commence donc à faire une thèse sous cotutelle mais je choisis de soutenir à Moscou. Ainsi, en 1995, je soutiens ma thèse et j’y reste un an pour préparer mon retour au Cameroun. Quand je rentre donc je suis recruté ici, à Polytechnique, lors du conseil d’administration du 05 Mars 1997 et ma prise de service  a été le 15 Juin 1997. Enfin, pour ce qui est de ma spécialité je suis géomètre de formation. Aujourd’hui, par un « miracle », je me retrouve à la tête du département de génie informatique.

Quels sont les atouts des ingénieurs informaticiens de l’ENSP par rapport à ceux ayant suivi leur formation ailleurs au Cameroun ?

Qu’est ce qui fait la différence entre les ingénieurs informaticiens d’ENSP et ceux d’ailleurs au Cameroun ?

Pour ce qui est des atouts, quand nous étions jeunes, Polytechnique avait un très grand label et donc le concours de Polytechnique étant un concours couru et d’excellence. Il y a une régionalisation, il ne faut pas le cacher, et on prend les meilleurs dans chaque région. Du coup, on retrouve a priori les meilleurs étudiants du pays à Polytechnique. C’est vrai qu’au concours il y a la forme du jour mais moi je ne pense pas très souvent à ça car compte tenu des études statistiques on peut négliger cet aspect. Alors s’il faut comparer un ingénieur sorti d’ailleurs au Cameroun avec celui sorti de Polytechnique, il n’y a aucune école qui étoffe la formation de nos ingénieurs ici. Prenons l’exemple de l’école IAI où la formation ne dure que trois ans et donc ne sont que des ingénieurs de travaux. De plus, c’est vrai que le diplôme qu’on offre ici est un diplôme professionnalisant ce qui fait en sorte que pour avoir un master recherche, l’ingénieur sorti de Polytechnique doit encore faire un an de cours additionnels. Puis quand on regarde le contenu de notre formation, on peut vraiment dire que le diplôme délivré est un master. Enfin, il n’y a même pas de comparaison à faire car la majorité des enseignants dans ces autres écoles sont des ingénieurs sortis de Polytechnique.

Pour vous quel serait le profil type d’un ingénieur informaticien sorti de l’ENSP ?

Le profil type d’un ingénieur sorti de Polytechnique est celui d’un ingénieur qui maîtrise à la foi le réseau et le logiciel. De  plus, nous avons déjà inséré dans la formation de nos élèves ingénieurs informaticiens la maîtrise de l’aspect sécurité informatique qui inclus l’informatique quantique, une récente technologie. Nous comptons pour cela sur notre expert sécurité informatique maison Dr. MAGNI Serge.

Que diriez-vous aux étudiants de deuxième année pour les encourager à venir au génie informatique ?

Je dirai que depuis quelque année, nous avons constaté que la destination génie informatique n’attire plus. D’après nos recherches, il se pourrait que le cours d’algorithmique donné au niveau deux effraye les étudiants car j’ai eu à causer  avec des étudiants orientés au GI  qui étaient sûr de ne pas s’en sortir ici n’ayant déjà pas pu le faire au niveau deux ce qui fait que très peu d’étudiants là-bas ont pour premier choix le GI. C’est vrai, c’est aussi un tort à nous, car on n’a pas d’enseignant expérimenté. En effet, en général, on se dit que pour donner cours en première ou deuxième année, il faut être moins loti or, à l’étranger ce sont les enseignants qui sont à la porte de la retraite, c’est-à-dire qui ont une meilleure expérience qui donnent cours dans ces classes car ceux-ci cadrent mieux les nouveaux tandis que les enseignants les plus jeunes donnent cours au plus grandes classes car les étudiants y ont déjà une base assez solide. Enfin, pour aider nos étudiants du niveau deux, j’ai discuté avec l’enseignant en charge afin qu’il améliore sa pédagogie et qu’il cherche à faire passer le courant entre lui et ses étudiants.

 

PROBLEMES DES ETUDIANTS

Pourquoi le département ne dispose pas de toilettes pour ses étudiants ?

C’est un problème de discipline car les toilettes sont disponibles mais les étudiants non seulement ne les entretiennent pas mais aussi n’arrivent même pas à garder les clefs de celles-ci. Actuellement je ne sais pas si ces toilettes sont opérationnelles mais il faudrait souvent que les étudiants me le fassent savoir si tel n’est pas le cas, afin que je résolve ce problème. Pour le moment, je vais chercher à les remettre à la disposition des étudiants mais il faudrait aussi qu’eux même se responsabilisent sur l’entretien de ces toilettes et la bonne conservation de la clef.

Pourquoi les étudiants rencontrent-ils des problèmes avec les prises dans les salles de classe?

C’est un problème de surcharge et des prises et multiprises « chinoises » ainsi que les disjoncteurs qui ne supportent plus la charge. Nous avons passé un marché pour les remplacer et celui-ci est en cours. En attendant, il y a à la disposition des étudiants la longue rallonge connue de tous. Très souvent la solution est même d’appuyer les disjoncteurs qui sont protégés dans une armoire à clef, mais l’indiscipline des étudiants m’empêche de leur confier les clefs de celle-ci.

PERSONNEL :

De quelle obédience êtes-vous ?

Je suis catholique non pratiquant c’est-à-dire que j’ai la crainte de Dieu et ma religion vient du suivi de ma famille.

Quel est votre statut matrimonial ?

 Je suis un « vieux » marié.

Combien d’enfants avez-vous ?

J’ai 06(six) enfants.

Quel est votre plat préféré ?

Je n’ai pas de plat préféré! Je mange « tout » !

Quel est votre fruit préféré ?

J’aime beaucoup les papayes, le jus de papaye et aussi les corossols. « Le corossol, j’ai fait des études dessus et ça ressemble à l’ambroisie !! Si vous ne savez pas ce que c’est, allez chercher !! »

Quel est votre tribu ?

Aaahhhhheuuu vraiment !! Je suis du centre, département du Mbam, dans le village Bokito.

Post Author: Team HelloWorld

2 thoughts on “ENTRETIEN AVEC Pr. BOUETOU BOUETOU THOMAS

    BONYOHE Martial

    (16 septembre 2016 - 15 h 08 min)

    Bonjour. j’aimerai avoir l’adresse email du Pr BOUETOU; je suis en MASTER Géométrie UY1

      Team Hello World

      (23 septembre 2016 - 21 h 01 min)

      désolé mais je pense qu’il faudrait au préalable son autorisation

Commentaires fermés.