Aperçu des laboratoires de Polytech

L’ENSP étant une institution de formation des ingénieurs et chercheurs, elle est nécessairement dotée de laboratoires de recherche permettant la maîtrise des technologies et la mise sur pied d’expérimentation. Mais se rendant compte que le public connaît peu  ces laboratoires  un  tour d’horizon de leurs objectifs, de leurs projets mais aussi de leurs difficultés devient  impératif.

Polytech compte quatre laboratoires de recherche qui,  l’on peut le constater par leur noms s’intéressent  aux problématiques actuelles de notre pays comme l’énergie, l’eau, l’industrialisation …etc. Ces laboratoires sont : le « laboratoire eau, énergie et environnement », le « Laboratoire de Génie électrique, mécatronique et traitement de signal », le « laboratoire en Ingénierie mathématique et système d’information » et enfin le « laboratoire génie civil et mécanique ».

Mais avant toute chose il faut garder à l’esprit que si l’innovation c’est transformer les connaissances en richesses  à l’inverse la recherche consiste à convertir les finances en connaissances.  Autrement dit pas de bifton pas de recherche. C’est justement ce déficit financier qui est le principal handicap des laboratoires de recherche de Polytech. En effet malgré les multiples partenariats que l’école a noué avec des institutions de renommée internationale et les efforts surhumains que  fournis l’administration pour l’équipement des laboratoires, efforts unanimement salués par la communauté polytechnicienne, il faut le dire, les laboratoires de Polytech manquent cruellement de matériel. Et  même lorsqu’il y a des équipements ceux-ci sont très souvent vétustes ou en panne. Les étudiants et enseignants sont très souvent contraints de simuler le fonctionnement des machines dans leurs ordinateurs.

Dans l’espérance d’une suite favorable, comme la célèbre formule de politesse le dit, ces laboratoires avec le peu de moyen qu’ils ont, font des choses aux combiens osées et novatrices.  Ainsi le laboratoire de génie électrique par le projet « Etude du risque informationnel dans les systèmes de transmission de l’information au Cameroun »  a pour but d’étudier l’exposition des informations sensibles dans les canaux de transmission. Une application directe est possible dans le domaine de la cyber-guerre et de l’antiterrorisme. Le laboratoire de génie civil et mécanique dont les principaux axes de recherche sont l’élaboration de matériaux financièrement accessibles, résistants, et locaux a mis sur pieds le projet MANIF (Matériaux Naturels Innovant pour le Futur), projet qui se veut prometteur.  Par contre la biomasse, la caractérisation thermique et l’énergétique sont  les  sujets auxquels s’intéressent  le laboratoire eau, énergie et environnement. La protection de l’environnement étant devenu un enjeu mondial, ce laboratoire s’est fixé pour objectif de développer des méthodes propres de production d’énergie tout en résolvant le déficit énergétique du Cameroun. Enfin le laboratoire d’ingénierie mathématique a fait des problèmes de modélisation et leur résolution son affaire. Ainsi le projet  STAFAV  consiste à modéliser l’épidémiologie du paludisme avec pour but l’utilisation optimales des antipaludiques, des mesures anti-vectorielles ciblées.

En conclusion les laboratoires de Polytech sont dynamiques et producteur d’idées lumineuses qui malheureusement pour la plupart ne verront pas le jour faute de financement et de moyen. Pour pallier à ce problème certains pensent que faire intervenir les entreprises dans la recherche serait la solution.

Michel BAYOI, 4GI

Post Author: Team Hello World