Les jeunes Camerounais qui font aujourd’hui office de modèle

Ce qu’on entend par modèle, c’est l’image d’une personne qui nous inspire par sa conduite, une personne qui grâce à ses qualités et ses caractéristiques originales peut servir de référence; une personne qui est devenue un moule dans un domaine précis, une personne destinée à être imitée…
En ceci, Voici à vous présentés de véritables pépites de la jeunesse camerounaise, de réelles personnes qui ont marqué leur génération par leur comportement. Nous pouvons citer entre autres:

  • Arthur Zang
  • Sans argent, il a fabriqué une tablette tactile médicale permettant aux populations éloignées des centres de soins de passer un examen cardiaque, diminuant ainsi le taux de mortalité des maladies cardio-vasculaires. A 26 ans, il ouvre une ¬nouvelle ère pour les soins cardiaques dans les pays en voie de développement. Lauréat des Rolex Awards, il est classé par « Forbes » parmi les dix personnalités qui bâtiront l’Afrique de demain. Selon lui « Tant qu’on ne comprendra pas qu’être chercheur est un boulot à plein temps et que la recherche est un domaine nécessaire et non pas optionnel, le continent africain ne se développera pas. »
    Il incite donc les jeunes camerounais à se consacrer à la recherche pour comme lui être des novateurs.

  • Olivier Madiba
  • Fondateur en 2004 de Kiro’o Games, une société de production de jeux vidéo basée à Yaoundé, Olivier Madiba, 30 ans, est à l’origine de l’une des toutes dernières success-storys du pays. Diplômé en informatique à l’université de Yaoundé, où l’aventure a commencé il y a plus de dix ans, il a lancé mi-avril le jeu Aurion : l’héritage des Kori-Odan.
    Depuis, cette production 100 % camerounaise financée grâce à une campagne de crowdfunding n’a cessé de séduire la critique, que ce soit en Afrique, en Europe ou aux États-Unis. Et « on ne compte pas s’arrêter là », préviennent le développeur et sa vingtaine de collaborateurs, qui espèrent bien inscrire la fantasy africaine dans l’univers du jeu vidéo.

  • William Elong
  • Aîné d’une fratrie de cinq enfants, né de parents exerçant dans le conseil et l’industrie pétrolière, William Elong, 23 ans, a trouvé sa voie en France. Bachelier à 15 ans, diplômé de l’École des hautes études commerciales de Yaoundé et de l’École supérieure de commerce de La Rochelle (France) trois ans plus tard, il est devenu en 2013, à 20 ans, le plus jeune diplômé de l’histoire de l’École de guerre économique de Paris.
    Passé par les groupes Thales et Oracle, il a créé Will&Brothers, une start-up orientée vers l’intelligence économique et l’innovation technologique, et développe en parallèle DroneAfrica. Cette initiative, pour laquelle il espère récolter jusqu’à 300 000 dollars (près de 270 000 euros) avec l’aide de partenaires publics et privés, vise à proposer des services associés aux drones dans le tourisme, l’agriculture, la météorologie, la défense ou la cartographie.

  • Flavien Kouatcha
  • Flavien Kouatcha est parmi ces jeunes ingénieurs qui ont compris les enjeux de ce secteur que l’on considère comme l’avenir de la nation. Ingénieur généraliste passionné d’agriculture et fondateur de « Save Our Agriculture » (une start-up qui milite pour la promotion de l’agriculture), ce jeune originaire de l’Ouest est déjà parti pour figurer dans la liste des leaders en matière de création. Après une formation à l’Institut UCAC-ICAM, ce jeune a décidé de revenir dans son pays d’origine afin de participer à son émergence. La passion pour le milieu agricole va l’amener à se lancer dans cette aventure qu’il appelle « ma fierté ».
    L’aquaponie, c’est ainsi qu’il a décidé de nommer cette technique innovante de culture. C’est une forme d’aquaculture intégrée qui associe une culture de végétaux en symbiose avec l’élevage de poissons. Ce sont les déjections de poissons qui servent d’engrais pour le végétal cultivé. En clair, c’est une technique innovante de culture qui va revigorer l’agriculture du pays de Paul Biya. Cette technique a déjà trouvé ses marques ailleurs notamment en Asie où elle est bien intégrée, mais également en Europe où elle est encore à la phase d’expérimentation. Ce jeune espère ainsi accroître significativement les productions maraichères dans un premier recours, permettre à des individus de cultiver leurs herbes aromatiques à domicile et apporter une solution au problème de logistique qui envoie encore aujourd’hui une bonne proportion des productions agricoles camerounaise au rebus.
    Toutes ces personnalités se sont démarquées par leurs travaux d’innovation… Ils sont des modèles en ceci qu’ils ont trouvé le domaine dans lequel ils excellent et en font profiter la société… Découvre à travers eux, toi aussi tu peux faire quelque chose de Grand!

Josiane KOUAM, 3GI

Post Author: Admin